Le Blog Video de Selim Aïssel

Le Blog Video de Selim Aïssel


La spiritualité… lorsqu’on fuit dans la spiritualité, en délaissant ses responsabilités ou les responsabilités que l’on pourrait prendre… Ce n’est pas la spiritualité, on est toujours en fuite ! On n’est pas dans la spiritualité, on est en fuite ! C’est la fuite dans la spiritualité. Mais c’est la fuite…dans…ça pourrait être n’importe quoi d’autre! Mais le “dans” n’ a aucun sens. Face à n’importe quelle situation, dans n’importe quelle situation, redresse-toi, détends-toi respire, ancre-toi, Mets-toi… “ancrer et respirer”, ça signifie “se mettre en présence”. Mets-toi dans la présence et agis ! Il faut que ton attention, elle soit redirigée. Et l’attention redirigée, c’est de l’énergie qui est dirigée à un autre endroit que ce qu’elle entretenait juste avant. Tu es face à un problème , ou dans une considération intérieure par rapport à quelque chose, L’énergie va là. Toi, par un effort de volonté, tu te redresses, tu te détends, tu t’ancres en toi, ça signifie que toute l’énergie de l’attention est redirigée à un autre endroit. Et à ce moment-là, tu es toi, face au monde, face à la situation, mais plus… avec toute l’énergie disponible, et pas seulement l’énergie focalisée, prisonnière de tes considérations du problème. Une nouvelle solution devient possible, et un nouvel état, surtout, se met en place très vite. Il faut faire ça tout le temps ! Il ne faut jamais hésiter à le faire, n’importe où, n’importe quand. Ancré à la vie d’autant plus… Et surtout si je sais que , comme je vis maintenant, c’est ce qui va préparer mon futur et ma mort. Encore une raison de plus de bien vivre maintenant. De vivre bien et de bien vivre. Dès que tu fais quelque chose de mieux de la situation qui existe maintenant, tu améliores ta situation future. Si tu es trop absent à ce que tu vis maintenant, ou bien si tu décides de vivre les choses plutôt négativement, avec tes considérations intérieures, tes émotions négatives, Si tu décides de vivre les choses comme ça, tu sais que tu te prépares un avenir qui sera un peu pire. Il y a Luce qui a téléphoné tout à l’heure, elle allait faire un stage à Tarbes. Elle a raté son avion, et puis elle a été obligée de prendre le train… le train de nuit. Et dans le train de nuit, elle était seule avec un monsieur. Alors il lui a quand même proposé de prendre la couchette du haut, lui-même. Mais au milieu de la nuit, il l’a réveillée. Il est resté couché, il l’a réveillé par en-dessous, comme ça, il lui a dit “est ce que je pourrais vous demander de me passer une couverture supplémentaire qui est en face, là?” “Vous seriez très gentille de me la passer”. Alors elle lui a dit : “Moi, je vous propose plutôt de faire comme si nous étions mariés depuis longtemps.” Alors le type, tout de suite, il s’est levé, a enlevé sa petite couverture, a voulu descendre… Elle a dit: “non, non… Vous êtes d’accord avec ça ?” Il dit: “oui, oui, bien sûr!” Elle lui a dit: “Bon, alors va chercher ta couverture toi-même !” Tu vois, dans une situation désespérée, ceux qui désespèrent n’en sortent pas, ceux qui prennent leur chance et qui prennent tous les risques s’en sortent. Alors, il faut choisir dans la situation… si vous êtes dans une situation désespérée, où que vous soyez, vous pouvez désespérez et vraiment en rester là, ou bien vous pouvez prendre votre chance. Et.. le destin, comme le karma, aiment bien les gens qui les aident un peu, donc les gens qui ne sont pas soumis, mais qui prennent leur chance! Et la chance sourit aux audacieux ! Il faut juste réfléchir un peu. Il ne faut pas se mettre dans des situations un peu bizarres quoi! Quelqu’un me racontait… la situation de cet homme qui … un américain… Ce n’est pas Aaron, pour une fois! Un américain qui… qui ne voulait pas faire son service militaire. Vous savez, il y a des pays où le service militaire est encore obligatoire, Et il ne voulait absolument pas faire son service militaire, il avait cherché toutes les possibilités. Et finalement, comme il avait un ami médecin, celui-là lui a dit: “La seule chose sûre que je connaisse, c’est de changer de sexe!” Vous savez que c’est une mode ça ? Ou plutôt, c’est quelque chose de plus en plus fréquent. En France, un peu moins, aux Etats Unis, c’est beaucoup plus fréquent déjà, ces changements de sexe. Alors, comme l’autre avait dit: “Plutôt mourir que d’aller faire mon service militaire!” En désespoir de cause, c’est ce qu’ils ont fait. Il a changé de sexe. Et donc, il est passé … il est arrivé devant la commission, qui disait “vous êtes bon pour le service” ou bien “vous êtes réformé”. Et après les examens, le médecin a regardé les notes qu’il avait prises et puis… il a regardé le personnage, il lui a dit: “Vous, vous êtes réformé, vous avez les pieds plats.” Donc, il faut faire très attention aux choses qu’on entreprend! Il faut toujours faire les choses avec un peu de bon sens ! Allons-y ! Il est absolument essentiel de découvrir ses propres ombres, tous ses “moi” ténébreux. Mais il y a une grande différence entre arriver à le faire à partir de… de la clarté et de l’amour, et du calme, ou bien de le faire à partir de la plainte, à partir d’un état conflictuel, à partir d’une non compréhension, ça fait une grande différence. Et, c’est ça qui fait la différence entre les individus après aussi, les uns s’enfoncent dans leur karma , et leur karma s’aggrave généralement, et il devient plus pénible, et d’autres sont sur le Chemin des Boddhisatvas. Ce qui caractérise les Boddhisatvas, c’est qu’ils s’enfoncent dans les ténèbres, dans la souffrance, pas seulement la leur au départ, mais également celle de tous les autres. Mais ils s’y enfoncent avec clarté, avec un esprit clair, avec l’amour, avec la bienveillance, la compassion, avec la joie intérieure et une forme de sérénité. Tandis que les autres sont aussi confrontés à leur propre souffrance, et aux souffrances des autres, mais à partir de l’incompréhension, donc de non clarté, à partir du manque d’amour pour eux-mêmes et pour les autres, à partir du manque de sérénité, à partir du manque de joie, qui donc, tous sont recherchés à l’extérieur. L’être humain ordinaire pense que justement au sommet de la montagne, et là-bas où les gens ordinaires s’amusent, c’est là que l’on peut trouver la joie, la sérénité, la paix, la réalisation, la liberté, c’est pour ça qu’ils partent vers les sommets et vers toutes sortes d’autres aventures touristiques. Parce qu’ils pensent qu’ils vont le trouver là. Et effectivement, on trouve une espèce de faux-semblant de ça, mais qui est quand même déjà un peu de ça. On trouve une forme de liberté, de désir superficiel, de sentiment joyeux, et parfois même, d’amour. Tout cela étant très superficiel et et étant simplement le reflet arhimanien de ce qui peut exister réellement dans l’esprit et qui est la nature même de l’esprit, la joie, l’amour, et la sérénité. Et on trouve ça partout dans ces lieux, comme une singerie de tout ça. Et la plupart des êtres humains se font attraper par ça, évidemment! Mais bon! Il faut l’avoir vécu aussi. Pour savoir que ça existe. Mais que le chercher à l’extérieur mène toujours aux cris, aux pleurs, et aux grincements de dents un jour. Parce que quelque part, ton intellect croit que tu ne le mérites pas. En réalité, nous voyons tous que tu te réjouis. Ceux qui t’ont regardé ce matin, racontaient … regarde! Ceux qui t’ont vu raconter l’histoire ce matin, ils ont vu que en toi, ça se réjouissait. Mais en même temps, toi, tu mets des barrages en place, des blocages en place, pour ne pas trop remarquer que tu as le droit à te réjouir, à être joyeux… Mais ta joie ce matin, par exemple, a été communicative à tout le monde, et encore là, à l’instant. Et à toi-même! Si tu vois ta tête! Mais toi, tu mets des blocages, parce que quelque part, tu penses que tu ne mérites pas. Et je comprends maintenant que ça date depuis vingt ans, là où j’ai commencé le spirituel. Avant, j’avais beaucoup plus de joie, avant le spirituel. Et ensuite, je me suis imposé une discipline, j’ai divisé la vie en deux. Cela , c’est le spirituel, ça, ça ne l’est pas. Donc du coup… Je vais t’expliquer ce qui est spirituel. Ce qui est spirituel, c’est ce qui est joyeux. Tout le reste n’est pas spirituel. Tout le reste appartient peut-être au monde de la famille, et au monde des religions. Mais ce qui est spirituel est nécessairement joyeux. Parce que c’est une des caractéristiques du spirituel ou de l’esprit, “spirituel” ça veut dire “spirit”, c’est l’esprit. Une de ses caractéristiques, c’est la joie. Donc chaque fois que tu es en contact avec quelque chose de pas joyeux, ce n’est pas spirituel. Oui ? Là, je vois mon intellect : devoir laver la voiture, pour moi, ce n’est pas spirituel… Si, la voiture, c’est spirituel. La voiture, c’est spirituel. Bon ! J’ai tout à apprendre de la vie en fait ! Oui ! Oui ! Et en plus, la voiture, c’est spirituel, c’est aussi spirituel que ce que les gens imaginent de plus spirituel. Pour une raison très simple: Le spirituel, c’est … l’esprit qui regarde. Et lorsqu’il regarde, il regarde nécessairement à travers la joie, la sérénité, et l’inclusion, ou l’amour. Nécessairement. Donc, peu importe, la situation extérieure, peu importe la voiture, ou n’importe quoi d’autre. C’est le regard de l’esprit. Et il inclut tout. Il n’y a pas cette séparation entre ce qui le serait et ce qui ne l’est pas. Mais, pour arriver à comprendre ça, il faut avancer sur le Chemin. Il faut se ré-éduquer.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *